Décoration

La figure du moment

Mathieu Manifacier

La figure du moment : Mathieu Manifacier

Un jeune vigneron à l’honneur

Vous allez dire « A quand même il était temps !! »

 

Voici le nouveau portrait, nouvelle figure que je vais vous présenter aujourd’hui. Il s’agit Encore d’un jeune Vigneron (période de vendanges oblige !!) et encore d’un Gardois…

Nous passons la frontière du Gard direction Alès en s’arrêtant à ST AMBROIX (oui les ardéchois, il y a des vignerons à St Ambroix), pour aller à la rencontre de Matthieu Manifacier (avec un nom pareil il doit bien être un peu de chez nous).

Matthieu a 35 ans, il est né à Alès. Suite à un BAC PRO VITI-OENO à NIMES, il poursuit son cursus à Montpellier où il obtient son BTS viti-oeno.

En 2007 « c’est parti pour l’aventure » direction l’Australie dans une des plus grosse « WINERY » auprès d’ANDREW PEACE. Il y apprend le côté « bisness du vin », avec un objectif de rendement max, oû ni la qualité, ni la passion font recette. Cette expérience certainement formatrice est aux antipodes de l’image du Domaine familiale qu’il intègre dès son retour en France.

Son Domaine c’est le Domaine de  BERGUEROLLES,  Situé à St Ambroix, à 180 m d’altitude. C’est 18ha de vignes qui entourent le Mas familial sur les méandres de la Cèze, avec toute fois d’autres parcelles productrice sur ST Victor de Malcap.

 

L’histoire familiale viticole a débuté en 1967 lorsque son grand-père  à l’époque restaurateur à ST Sauveur de Cruzières (aujourd’hui la table à Carreaux) achète le Domaine aux enchères. L’exploitation était alors en « piteux état » et le vignoble n’était composé que de cépages hybrides.

Les premières plantations familiales de cinsault et carignan débutèrent en 1970 et la première récolte eu lieu en 1974. L’exploitation du domaine s’étend alors sur 20 Ha. Dès les premières productions ce restaurateur fit le choix de la vente directe à son restaurant afin de faire connaître son vin, notamment son rosé clair, innovant pour l’époque, qui lui a valu un grand succès.

 

Aujourd’hui Matthieu, passionné d’ampélographie, ne cesse de chercher et tester des cépages différents :

  • adaptés à la région et aux changements climatiques encours,
  • résistants aux maladies (pour éviter au maximum les traitements),
  •  gustativement intéressants,

en conversion vers l’agriculture Bio.

 

22 cépages !! sont maintenant présents sur ses parcelles avec de grands classiques en blanc tel le viognier, les petits et gros mansengs (très adaptés aux sols acides utilisés pour la production de son demi-sec « romantica »), le sauvignon…

J’y ai découvert des cépages peu ou pas inconnus comme :

 

  • le Floreal, créé par l’INRA, résistant au mildiou qui se rapprocherait du chardonnay (à découvrir que l’an prochain).
  • Le muscat Ottonel que l’on retrouve en Autriche, Allemagne et chez nous un peu en Alsace. Présent dans son « PET NAT » (voir dégustation plus loin). Ces arômes sont plus délicats que le muscat petit grain et produit peu d’alcool.
  • Le Souvignier gris d’origine allemande connu pour sa robustesse.

Pour les Cépages noir, la Syrah est dominante (6ha sur les 20ha de cépage noir).

Malheureusement cette année 2021 a été particulièrement compliquée pour l’agriculture Française. Suite au gel tardif et aux fortes pluies, plus de 60% des raisins ont été « tombés » c’est-à-dire coupés et laissés au sol ne pouvant pas être intégrés à la production pour cause de mauvaise qualité,  Merlot, Marselan, Cabernet-Sauvignon, Alicante-Bouchet, caladoc…

 

Et pour les « bizarreries » Artaban entre gamay et merlot et le Vidoc, tous 2 structurants , made In INRA donc résistants aux maladies. Cette Production est prévue pour 2023.

 

De cette multitude de cépages, découle une très grande et large gamme de vins (bouteilles et BiB) qui ne cesse de s’accroitre avec les Plus connus « Clos blanc et rouge » « épisode rouge blanc et rosé » des cuvées d’exception comme Valaurie, Ermès,…

Ainsi qu’une gamme « Nature Alma Gaya» c’est-à-dire sans ajout de SO2, au graphisme atypique proposée en rouge blanc rosé, mais aussi ce fameux PET NAT que Sarah et moi avions très envi de déguster…

Ce breuvage « récréatif » obtenue par l’élaboration en blanc sec du Muscat Ottonel et l’adjonction de petit manseng avec un taux de sucre à 10 gs,  dans l’esprit de la traditionnelle Clairette de Die. Son aspect trouble trompe sur ses qualités gustatives, très aromatique dès l’ouverture, fruits exotiques et agrumes, sa bouche est délicate et relevée par une mousse onctueuse formant de fines bulles.

Très rafraichissant il est fortement préconisé pour l’apéritif !!

Bonne dégustation.

 

Je vous invite à vous rendre sur le site internet du Domaine où de nombreux évènements et animations sont organisés chaque année.

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération